Commencer par un audit SEO

On ne peut améliorer que ce que l’on connaît. Parmi les objectifs de l’audit de référencement, nous relèverons les suivants :

  • Analyser le positionnement du site sur Google
  • Identifier les freins techniques au référencement
  • Auditer le contenu, les balises et attributs
  • Auditer les liens internes et externes
  • Mesurer la présence du site sur les réseaux sociaux, etc.

Source : semrush.com

Quelles pages sont visibles sur Google ?

Inutile d’optimiser des pages qui ne sont pas présentes dans l’index principal de Google.
Dans quel index se situent vos pages ? Vos pages clés y sont-elles ? Et si pas, pour quelle raison ? Quelle stratégie allez-vous mettre en place pour les sortir de l’index secondaire ?

Sur quels mots clés mon site actuel est-il positionné ?

Analyser les requêtes qui amènent du trafic vers un site peut parfois révéler des surprises. Si votre cible principale sont les médecins, mais que ce sont des vétérinaires qui affluent pour consulter un PDF, quel que soit votre volume de trafic, vous passez à côté de votre objectif.

Les vétérinaires ne constituent pas la cible principale. Néanmoins, « convention collective vétérinaire » apparaît dans les 4 premiers résultats sur la SERP et emporte des taux de clics de 12 à 18 %.

L’analyse de vos mots clés vous donnera le positionnement de votre site par rapport à ces termes. Avec certains logiciels, vous aurez également le positionnement de vos concurrents et leurs mots clés. Quelles sont les raisons d’un meilleur positionnement que le vôtre ?

Dois-je améliorer le code HTML des pages ?

Avez-vous jeté un coup d’œil sur votre code source ?
Plusieurs h1 sur une même page ou la présence de h3 sans h1 ou h2 ne vont pas fondamentalement détruire votre référencement, mais profitez de la refonte pour redresser la situation. Le champ de la meta description est-il présent ? Le site gère-t-il le JavaScript et les feuilles de style de manière optimale afin de ne pas porter préjudice à la vitesse du site ?

 

Plusieurs h1, un h2 qui est la répétition du h1, des h2 manquants, etc. Profitez de la refonte pour améliorer votre code.

Le contenu répond-il aux critères de qualité ?

Quelle est la pertinence de votre contenu ? Quelle est sa fraîcheur ? Est-il optimisé ? Est-il dupliqué ?
Google favorise les articles de fond (in-depth articles), selon l’étude de Searchmetrics « SEO Ranking Factors and Rank Correlations 2014 – Google U.S. ». En effet, ils ont observé que les articles qui se positionnaient le mieux sur la SERP contenaient plus de 900 mots.

 

Le nombre de mots pour les 3 URL les mieux positionnées comptent entre 900 et 1000 mots.
Source : Searchmetrics.com

Combien de mots contiennent vos articles ? La refonte est l’occasion de faire un bon nettoyage de printemps ou de redéfinir la ligne éditoriale du site.

Quels backlinks méritent d’être préservés… ou pas ?

Inutile de retravailler le contenu si une kyrielle de liens portent préjudice au site ! Profitez de l’audit pour repérer les liens à désavouer. Identifiez les backlinks de bonne famille et de bonne réputation qui vous apportent du trafic : cette liste vous sera utile pour demander aux webmasters de pointer vers la nouvelle URL après la migration.

Facilitez votre analyse des liens entrants à l’aide d’outils SEO.

 

Quels sont les critères qui entrent en ligne de compte pour la qualité des backlinks ?
Source : Seobserver.com

Le site est-il mobile friendly ?

La compatibilité mobile devient un critère de classement : Google introduit le label mobile-friendly sur les pages de résultats (voir « site mobile » à gauche du résultat ci-dessous).

 

Google introduit le label mobile-friendly : voir « Site mobile » sous l’URL.

Pour bénéficier de ce label, le site devra offrir une expérience utilisateur satisfaisante sur mobile. Où en êtes-vous ? Soumettez votre site au test de compatibilité grâce à l’outil de Google.
Peut mieux faire ? Investissez dans votre stratégie mobile ! (Pour plus d’info, consultez le livre « Référencement mobile. Web Analytics & Stratégie de contenu mobile »).

Quels freins techniques doivent être corrigés

Pour n’en citer qu’un… la vitesse du site est un facteur pris en compte par Google. Elle peut avoir un impact sur le SEO quand le site est vraiment très lent (20 secondes pour charger une page). Non seulement un site lent fait fuir les utilisateurs, générant un taux de rebond élevé, mais il affecte également l’efficacité du crawl (la visite des robots de Google).

Analyser le trafic sur le site

Quelles sont les forces et les faiblesses de votre site ?
Les statistiques de trafic et les Google Webmaster Tools vous donneront de précieuses indications. L’analyse des logs du moteur de recherche interne révèlera une architecture défaillante ou un contenu non présent sur le site.

Combien de sessions (visites) y a-t-il sur mon site ?

Peu de sessions révèleront un manque de visibilité sur Google ou un manque de notoriété. Il faudra donc agir sur le référencement et la communication autour de la marque, par exemple.

Comment se répartissent les sources de trafic ?

50 % du trafic viennent des liens entrants, un cas rare, mais surtout risqué, d’autant plus si les liens proviennent d’annuaires développés spécifiquement pour venir gonfler le référencement.

50% du trafic est issu des liens référents. Lors de la migration, il faudra veiller à garder ce trafic, en demandant aux webmasters d’adapter leurs références !

Quelles sont les pages qui ont un taux de rebond élevé ?

Des taux de rebond élevés dénoteront un problème d’interface ou un problème de contenu, etc.

Quels sont les taux de clic sur les différents mots clés ?

Comparez votre position sur les moteurs, les impressions sur les pages de résultat, les taux de rebond et mettez-les en parallèle avec le contenu des pages. Dans notre exemple ci-dessous, les mots clés sont trop génériques. Ils ne génèrent aucun clic ou très peu alors que le site se positionne en 3e et 4e position. Quel est le problème ?

 

A quoi bon avoir une bonne position sur Google si le taux de clic (CTR) est 0 ?

Un conseil, définissez d’emblée les KPI pour mesurer les effets de la refonte sur le SEO. Choisissez-les pour suivre le pourcentage de conservation de l’acquis et l’évolution du trafic.

Développer le CMS en pensant SEO

L’indexation de pages en développement entamera la crédibilité de votre entreprise et demandera un effort considérable pour demander leur suppression à Google ! Assurez-vous qu’un disallow: / dans le robots.txt ou un accès par authentification (mieux) bloquent l’indexation des pages en développement. Ne faites pas de liens externes qui pointent vers le site en développement.

Les rédacteurs ont-ils la main sur les title, meta description, alt, etc. Avez-vous intégré des styles prédéfinis (paragraphe, h2, h3) dans l’éditeur wysiwyg ?

Ne pas intégrer le style h1, cela vous évitera d’en avoir plusieurs dans la page si le rédacteur l’utilise abondamment.

Evitez de donner accès au titre h1 dans l’éditeur du CMS sous peine d’avoir une répétition de h1 dans le texte.

Exclure le contenu dupliqué ou la génération d’erreurs 404. On n’y pense pas toujours.
Donner la possibilité de faire facilement des redirections 301 à l’aide d’un plug-in SEO (Yoast par exemple).

Le CMS prévoit-il des alertes si un champ n’est pas rempli ou si la longueur d’une métadonnée est insuffisante ? C’est particulièrement utile pour les balises title et les meta description. Le CMS offre-t-il des suggestions de mots clés ? Pensez à Google Adwords API.

Le CMS génère-t-il du contenu dupliqué ? C’est un des principaux problèmes avec WordPress ! Lisez à ce propos l’excellent livre de Daniel Roch.

 

Avez-vous pensé aux plug-ins SEO ? Yoast WordPress SEO vous offre des fonctionnalités qui faciliteront votre quotidien.

Prévoir un plan de migration

Toutes les pages ne redirigent pas vers la page d’accueil, n’est-ce pas ? Maintenez l’acquis de votre référencement en procédant à des redirections URL par URL.
Un plan de migration ou le recours aux redirections est nécessaire à chaque fois qu’une URL change. Il existe différents cas :

  • Changement de nom de domaine : site A vers site B
  • Changement d’extension : .html vers .htm ou .php
  • Disparition d’une page : page A supprimée, redirigée vers page B ou fusionnées avec page C

La liste des URL du site avant refonte est-elle exhaustive ? La version gratuite de Screamingfrog est limitée au crawl de 500 URL. Pensez-y ! De même, si un dossier est bloqué par le robots.txt, il ne sera pas crawlé. Consultez votre service IT pour avoir la totalité des données.

 

Le robots.txt de ce site bloque le dossier images.

Avez-vous pensé à rajouter les derniers articles, publiés après duplication du site en cours vers le site de développement ? N’y a-t-il pas eu un changement d’URL entretemps ? Avez-vous pensé à reprendre le tracking des campagnes payantes ou toute autre modification effectuée pendant la période de chantier ?

C’est d’autant plus le cas dans les entreprises qui travaillent en silos. Le service marketing publie un dernier article juste avant la refonte et le service IT n’en est pas informé.

Comment sont gérées les redirections en cascade ? Si vous en êtes à votre deuxième plan de migration, soyez vigilants : les moteurs n’aiment pas les redirections en série. Illustrons nos propos avec les deux plans de migration successifs : plan de migration 1

  • Plan de migration 1 : l’URL A pointe vers l’URL B

Si vous avez suivi scrupuleusement toutes les étapes, vous ressentirez une joie sans précédant à la vue des belles courbes ascendantes d’URL crawlées, de trafic en hausse…

Suivre son SEO après la mise en ligne

Votre trafic ressemble à un électrocardiogramme plat ? Avant même de sauter sur le défibrillateur, consultez votre code…

Une fois le nouveau site en ligne, enlevez le disallow sous peine de voir votre trafic piquer du nez !

Consultez vos Google Webmaster Tools.
Combien de pages Google a-t-il déjà indexées du sitemap que vous lui avez soumis ? Faites des coups de sonde sur les pages de résultats. Dans un premier temps, l’ancienne et la nouvelle URL cohabiteront… pas de panique ni de mégalomanie, laissez le temps à Google de mettre à jour ses données.

Comment se dessine le trafic en comparaison avec l’avant-refonte ? Pas de données ? Peut-être avez-vous oublié d’intégrer les codes analytics dans les nouveaux templates.

Exemple d’un outil qui donne de manière ludique le positionnement sur les mots clés principaux avant et après refonte. Source : Seobserver.com

Passez le site au crible avec des outils tels que XENU afin d’identifier tous les liens brisés et de les corriger.

Demandez aux webmasters qui ont fait des liens vers votre site de changer l’URL. Profitez-en pour leur suggérer d’autres pages vers lesquelles faire des liens ?
Faute de temps, concentrez-vous sur les backlinks qui vous apportent du trafic qualifié et sur les sites de notoriété : .edu, .gov,

 

Vous désirez obtenir une soumission gratuite sans engagement ?

Nous sommes en mesure de vous offrir un site entièrement personnalisé. Contactez-nous sans plus tarder au 514-377-1173 .

 

 

Source et analyse : Isabelle Canivet